Archives de Catégorie: Toutes les catégories

Eclairage urbain

Question 8. L’éclairage urbain constitue à la fois une source de pollution lumineuse et un gisement non négligeable d’économie pour le budget d’une commune. Quelles mesures allez-vous prendre pour optimiser et rationaliser l’éclairage public à Crest ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Nos mettrons en place une gestion sobre – quartier par quartier – et nous nous attacherons à mettre en place un plan d’action visant à faire des économies, tout en conservant un éclairage permettant aux Crestois de se sentir en sécurité.
Depuis de nombreuses années, les élus ont effectivement multiplié les éclairages pour faire disparaître les « zones noires » et ainsi « rassurer » les citoyens.
Mais la pollution lumineuse est néfaste pour la faune, la flore, et les êtres humains, et le prix de l’énergie sans cesse en augmentation grève le budget communal. Il est important de prendre en compte différents aspects pour pouvoir réaliser des économies réelles :
– l’efficacité de la source lumineuse (les technologies dans ce domaine évoluent très rapidement)
– la qualité des réflecteurs qui servent à concentrer la lumière, pour la réfléchir et l’envoyer aux bons endroits. Ils permettent ou pas, en fonction de leur qualité, d’accroitre le flux lumineux, à puissance égale.
– Le choix d’une puissance adaptée, entre 70 et 150 watts, en fonction de l’endroit et du rendu qu’on désire
– l’importance de travailler sur l’uniformité, surtout pour les voies de circulation automobile (dosage entre puissance, hauteur de la lampe et espacement), possibilité d’éclairage spécifique des passages piétons, pour renforcer la sécurité, sans avoir besoin de sur-éclairer toute la route.
Bien sur, il y a le choix important des horaires d’éclairage, avec l’impact sur la sécurité et l’impact sur le sentiment de sécurité. Il n’est pas question, maintenant, de « couper la lumière » sur tel ou tel secteur de la ville.
En revanche, le nombre de points d’éclairage peut très bien être diminué (par exemple un lampadaire sur 2) et on peut obtenir des commerçants et des organismes publics comme Pôle emploi, que leur vitrine soit éteinte.
La Tour, véritable symbole de Crest, pourrait également devenir à l’avenir le symbole d’une gestion raisonnée et créative de l’éclairage public ; cette possibilité sera étudiée.

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

Comme indiqué page 11 de notre programme, nous voulons agir pour économiser l’énergie, ce qui implique de repenser l’éclairage public. Plus précisément, nous pourrons :

  • effectuer un diagnostic de la consommation et des équipements.
  • fixer un objectif de réduction par habitant
  • tester l’arrêt de l’éclairage public en certains lieux en concertation avec les habitants
  • réduire le temps d’illumination de la tour et du pont Mistral
  • rationaliser les zones trop ou mal éclairées
  • pour toute installation nouvelle choisir les installations les plus économes
  • remplacer progressivement les mauvais points lumineux

Cette action sera menée conformément à l’état d’esprit de notre démarche, en concertation avec les habitants et dans le cadre d’une vision d’ensemble du développement de la ville.

Réponse idéale des 15 organisations

L’éclairage public représente une part non négligeable du budget d’une commune et peut, de plus, être source de pollution lumineuse sʼil est mal pensé. Nous attendons de la mairie de Crest une rationalisation des temps dʼéclairages publics. La commune pourra dans ce sens appliquer la recommandation du Sénat sur lʼextinction de lʼéclairage public entre minuit et cinq heures du matin, et ainsi diviser par deux ce poste de consommation dʼélectricité. A noter que les études disponibles montrent que cette mesure nʼa pas dʼincidence sur les risques dʼaccident ou de vol. Nous proposons également quʼelle mène une campagne de sensibilisation en faveur des commerces du centre ville afin que ces derniers éteignent leur vitrine la nuit. Nous proposons de travailler sur trois axes :
agir en concertation avec la population, les commerçants et les organisations citoyennes. Elle devra s’inscrire dans une exigence de sobriété qui permettra d’améliorer et d’optimiser l’éclairage public pour davantage de sécurité, d’économies et de respect de l’environnement.
améliorer l’efficacité des luminaires publics. Déjà, de nombreuses municipalités partout en France bénéficient de substantielles économies en programmant l’installation de dispositifs modernes, sobres et moins impactant sur la faune et la flore.
contribuer au développement des énergies renouvelables : la ville sʼengagera auprès dʼun fournisseur dʼélectricité qui garantit lʼorigine renouvelable de ses approvisionnements.

Transports doux

Question 9. Afin d’améliorer l’attractivité de Crest, le cadre de vie de ses habitants et préparer la transition énergétique, vous engagez-vous à impulser une politique volontariste favorisant le déplacement des piétons et des cyclistes tout en limitant la place de l’automobile et en développant une véritable offre de transport public ainsi que des infrastructures et des services adaptés ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Nous avons déjà répondu aux questions précises de l’association Un Vélo dans la Ville. Ces réponses ont été mises en ligne ici : lien vers la réponse en PDF

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

Afin de faciliter les déplacements des Crestois, il est primordial de penser les transports et les déplacements dans une vision globale. Nous proposons de mettre l’accent sur les déplacements doux : rénovation des trottoirs, réflexion sur l’instauration d’une zone trente en ville, sécurisation du passage des piétons et des vélos sur le pont Mistral, plan de déplacements et de stationnement donnant une place aux piétons et aux vélos.

L’un de nos grands projets est la réalisation d’une passerelle sur la Drôme pour relier Soubeyran et l’Eden, créant ainsi une circulation douce entre le nord et le sud.

Nous voulons également créer un transport collectif local, régulier et gratuit.

→ page 21 de notre programme

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest quʼelle mette en place une politique de la ville dans laquelle les déplacements non-motorisés auront une place importante. Pour cela, nous proposons les actions suivantes :
– extension de la limitation à 30km/h à toute la ville (zone 30) et création de zones de rencontre (20km/h max., piétons et vélos prioritaires).
– mise en place progressive et en concertation d‘aménagement cyclables en site propre (séparés de la circulation automobile) .
– réflexion concertée sur la traversée de la Drôme en sécurité pour les cyclistes et piétons.
– réduction progressive des places de stationnement en centre ville jusqu’à leur limitation équitable et au minimum nécessaire:

> stationnement longue durée pour les personnes à mobilité réduite, parents seuls avec enfant en bas age, personnes âgées;
> stationnement à durée déterminée pour déménagement, travaux;
> stationnement minute pour livraisons, déchargement rapide.
– veille au respect du stationnement.
réaménagement des espaces ainsi réappropriés après limitation du stationnement en espaces de vie (places, zones de rencontre, espaces verts et conviviaux, stationnements vélos, etc.)
– multiplication massive des arceaux ou anneaux attache-vélo tout le long des rue piétonnes afin de favoriser le commerce de proximité et de favoriser l’alternative à l’automobile dans le centre.
– soutien financier et technique pour l’aménagement de stationnements vélo sécurisés dans l’habitat collectif et partout où cela est possible.
prise de position de la municipalité de Crest en faveur du développement du transport ferroviaire et d’une augmentation du trafic sur la ligne TER.
– soutien des élus en faveur de l’équipement d’un système de porte-vélo sur les services autocars.
– participation active de la mairie à la création et au fonctionnement d’un service de transports publiques de proximité et régulier. Par exemple, la mise en place de navettes régulières en cyclopousse à assistance électrique.

Déchets

Question 15. La gestion des déchets a un impact significatif sur le budget d’une intercommunalité et sur l’environnement. Or, une part importante des déchets de cuisine peut être facilement valorisée. Que comptez-vous faire pour réduire la charge de nos poubelles ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Nous avons regroupé la réponse aux questions 15 et 16.

Notre liste prévoit bien sûr de soutenir le travail déjà entrepris par les associations actives sur cette thématique (7ème sens, Taupine en Bourg..) ainsi que les associations d’EDD en ce qui concerne la partie sensibilisation.
Il nous paraît également intéressant de mettre en place un système de collecte des encombrants qui réduirait les dépôts sauvages.
Dans le cadre de cet appui, le projet de ressourcerie pourrait bénéficier d’une mise à disposition d’un local adapté à son développement.
De plus, le projet de FabLab ouvre de nombreuses possibilités en lien avec le projet de ressourcerie (fabrication de pièces pouvant servir à réparer du petit matériel, par exemple).

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

Nous voulons optimiser le tri et la collecte des déchets, en favorisant le compostage collectif, en améliorant la collecte sélective et en augmentant les points d’apport volontaire, qui doivent être relevés plus fréquemment et enfouis lorsque c’est possible.

Fixer un objectif de réduction des déchets ménagers conformément au Grenelle de l’environnement.

Il faut bien sûr savoir que depuis le 1er janvier 2014 et l’entrée de Crest dans la CCCPS, cette compétence est progressivement transférée à l’intercommunalité. Selon nous, cette échelle est bien la plus cohérente pour traiter ce service. Nous oeuvrerons au sein du Conseil communautaire pour la mise en place d’un service écologiquement exemplaire et qui réponde efficacement aux besoins de tous les habitants.

→ page 11 de notre programme

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest quʼelle sʼengage à faire en sorte que chaque Crestois-e ait une solution adéquate de compostage de ses déchets de cuisine. Cela peut passer par :
– lʼinstallation, lʼentretien et la gestion de composteurs collectifs dans chaque quartier de la ville ;
– le ramassage et lʼentreposage du produit des composteurs ;
– la distribution du compost mûr en priorité aux usagers des jardins partagés et aux espaces fleuris de la ville, puis aux usagers des jardins individuels et aux Crestois qui en feront la demande ;
– la promotion du compostage sous forme de brochures, réunions d’information, création et/ou soutien à la création d’événements en lien, information et pédagogie dans les écoles.

 

Question 16. La nouvelle communauté de communes va être en charge de la gestion des déchets. Des Crestois-e-s s’organisent actuellement pour monter une ressourcerie-recyclerie à Crest. Qu’êtes- vous prêt à faire pour accueillir cette nouvelle initiative ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Nous avons regroupé la réponse aux questions 15 et 16.

Notre liste prévoit bien sûr de soutenir le travail déjà entrepris par les associations actives sur cette thématique (7ème sens, Taupine en Bourg..) ainsi que les associations d’EDD en ce qui concerne la partie sensibilisation.
Il nous paraît également intéressant de mettre en place un système de collecte des encombrants qui réduirait les dépôts sauvages.
Dans le cadre de cet appui, le projet de ressourcerie pourrait bénéficier d’une mise à disposition d’un local adapté à son développement.
De plus, le projet de FabLab ouvre de nombreuses possibilités en lien avec le projet de ressourcerie (fabrication de pièces pouvant servir à réparer du petit matériel, par exemple).

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

La réorganiation de la déchetterie sera l’occasion d’étudier la possibilité d’accueillir un tel projet. Cette question  tient particulièrement à coeur à notre équipe et aux élus de plusieurs communes voisines.

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest un local adapté à nos futures activités, un soutien au sein de la communauté de communes qui maintenant gère les déchets et aussi d’être reconnus et soutenus comme acteurs de la sensibilisation à la question des déchets et du gaspillage. Un premier espace, atelierboutique, va ouvrir au printemps à Crest. Pour l’instant financé à 100 % par des citoyens qui prennent en main les affaires de la cité, inquiets des conséquences désastreuses de la surconsommation et du gaspillage. En attendant des moyens à la hauteur de la tache, il est toujours possible de proposer des objets, un savoir-faire et de devenir adhérent. Nos actions : collecter, valoriser, revendre, sensibiliser et partager les savoirs. 

Associations

Question 17. Crest se distingue par une vie culturelle et associative intense, qui participe au rayonnement et à l’attractivité de la ville, ainsi qu’à son dynamisme. Cependant, il n’y a pas de lieu dédié aux associations qui puisse véritablement soutenir leur activité, permettre un accueil décent du public (notamment handicapé) et constituer un véritable fer de lance de la vie sociale locale. Dans ce cadre, vous engagez-vous à créer une maison des associations à Crest, avec quels moyens et avec quelles ressources mises à disposition des associations ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest
Notre programme fait une très large part à la vie associative (culturelle, sportive, solidaire…) que nous souhaitons encourager. Nous vous invitons à le consulter pour y trouver plus de détails sur nos ambitions en la matière. Mais en voici les points principaux :
Une maison des associations, dans la friche Stock-Choc ; des bureaux et locaux mutualisés ainsi qu’un foyer pour les jeunes. Crest comprend de nombreuses associations en manque de locaux. Or, le long des Quais, la friche « Stock-Choc », présente une immense surface inoccupée en plein centre ville. Nous estimons la lisibilité de l’emplacement idéal pour y positionner la Maison des Associations et une Maison pour Tous, notamment pour accueillir les jeunes en manque d’espaces d’activités. Cette maison peut aussi accueillir, en tant que lieu de dépôt, une AMAP supplémentaire ou complémentaire qui pourrait être créée sur Crest, suivant les besoins que nous identifierons. Voir notre réponse à la question 13.
La Tour : Malgré la muséographie actuelle, la Tour reste un espace sous-exploité. Nous proposons de l’inscrire dans le réseau des Châteaux de la Drôme (Grignan, Suze la Rousse, Montélimar). Cette programmation culturelle du Conseil Général est de grande qualité et assure un rayonnement régional, voire national.
Pour être à la hauteur de cette ambition, au pied de la Tour, nous construirons un bâtiment neuf comprenant un Accueil ET une Muséographie accessible à tout public. L’idée est d’offrir aux personnes fragiles et à mobilité réduite (personnes âgées et enfants) une muséographie populaire (sur un Moyen Age illustré et revisité par exemple.)
L’Office de Tourisme et le Musée du XXème siècle : aménagés dans l’ancienne caserne des pompiers, sur le Champs de Mars. Elle a la particularité d’être identifiable par tous. C’est une belle opportunité pour en faire un deuxième pôle économique et culturel. Il sera dédié à deux fonctions majeures :
Le Musée du XXème siècle présentera une collection d’œuvres drômoises (avec par exemple, André LHOTE et VANBER, pour les plus connus … )

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

La création d’une Maison des associations, des solidarités et de la culture fait partie de nos grands projets. Nous souhaitons y proposer des salles de réunions, des espaces de travail et outils partagés, mais également faire de cet équipement un lieu d’échanges entre les différents acteurs (associations ou services).

→ page 6 de notre programme

Réponse idéale des 15 organisations

Une maison des associations dynamique serait idéalement placée en centre ville, facilement accessible aux piétons et automobilistes, elle serait visible et signalée par des panneaux indicateurs. Elle serait accessible à toutes les personnes à mobilité réduite ce qui donnerait la possibilité à ces personnes de pouvoir s’engager aisément dans la vie d’une association, par exemple de proposer une émission à la radio ou de venir participer à des interviews sans que ce pose la question d’escaliers à monter.
Elle serait équipée de sanitaires répondant aux besoins des occupants et de leursvisiteurs. Elle proposerait un lieu d’accueil commun aux différentes associations présentes dans le lieu, ce qui permettrait d’y trouver des informations, de pouvoir échanger des idées, des envies, de créer des interactions entre assos, entre visiteurs et assos. Ce serait un lieu d’émulation, de partage, un lieu vivant en somme !

 

Question 18. Quelles mesures concrètes envisagez-vous afin d’impliquer et accorder leur place  aux associations et aux porteurs d’initiatives citoyennes dans la vie politique locale ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Cette question rejoint la question 17. Notre intention est de redonner aux associations la responsabilité de l’animation de la ville, comme c’était le cas du temps de la Maison des Jeune. C’est à dire, remplacer Créactif, structure municipale, par une structure indépendante qui rassemblera les associations et leur rendra leur pouvoir.

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

La Maison des associations, des solidarités et de la culture sera un lieu d’échanges entre les acteurs et la municipalité. (voir réponse 17)
Nous organiserons des rencontres régulières avec les associations.
Dans nos engagements, « nous co-construirons chaque projet avec les Crestois par la mise en place d’instances participatives et par un temps indispensable de dialogue. »
Nous comptons confier une délégation à un adjoint sur la question de la vie démocratique et citoyenne.

 

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest qu’elle accepte un représentant d’un collectif d’associations à chaque réunion du conseil municipal. Une permanence entre le maire et   ce collectif pourrait être assurée de façon régulière dans l’année (1 fois par mois). Nous attendons également de la mairie qu’elle mette en place une maison des associations, et qu’elle permette aux associations de disposer plusieurs fois dans l’année des grandes salles (Moulinage et Coloriage) à un tarif préférentiel.

Question 19. Radio Saint-Ferréol constitue un maillon essentiel de la vie associative locale. Véritable média citoyen, cette radio reflète les préoccupations du territoire en matière sociale, environnementale etc. Elle constitue également un formidable outil de promotion des initiatives locales. Comment comptez-vous mettre en valeur cette radio et soutenir son action ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Les locaux de radio Saint-Férréol devront être d’accès facile, pour que tous puissent s’y rendre. Cette radio, dynamique et ouverte, et à la programmation musicale de qualité, doit continuer d’être un relais privilégié des initiatives locales.
Elle trouvera sa place naturellement dans la Maison des associations, ou la Maison des Jeunes, ou dans un autre endroit proche, augmentant ainsi les possibilités d’ouverture de la grille à de nouveaux contributeurs.

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

Il est nécessaire d’établir une réelle concertation entre la ville et RSF, afin de cerner les besoins et d’accompagner au mieux la structure. En tant que média local et citoyen, la radio peut être un formidable outil au service du territoire et de ses habitants.

Notre municipalité proposera à la radio la possibilité, si elle le souhaite, de pouvoir intégrer les locaux de la future Maison des associations, des solidarités et de la culture. 

Nucléaire

Question 7. La catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon a démontré que le rayon des plans d’urgence de 10 km autour des centrales nucléaires françaises est largement insuffisant. Crest se situe au centre de trois installations nucléaires importantes (Cruas à 25 km, FBFC à Romans à 35 km et Tricastin à 50 km) mais ne fait pourtant partie d’aucun dispositif de l’Etat. Vous engagez-vous à intégrer le risque nucléaire dans le DICRIM (Dossier d’information communal sur les risques majeurs) et dans le PCS (Plan Communal de Sauvegarde) ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Crest n’est pas dans le dispositif pour le moment; cependant les risques existent bel et bien : trains de déchets nucléaires, silos à côté des HLM, gazoduc (risques AZF à ne pas exclure) et proximité de 3 sources potentiellement dangereuses (fréquence de vents aux trajectoires changeantes notamment).

L’OBJET DU PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE

Le PCS définit les bases d’un dispositif opérationnel dont l’objectif n’est pas de tout prévoir mais d’identifier, et d’organiser par anticipation les principales fonctions, missions et actions de chacun, pour faire face à toute situation de crise.

Dans ce cadre, le PCS :
– ne modifie pas les bases juridiques du partage de compétence entre le maire et le préfet pour la direction des opérations de secours,
– constitue le maillon local de l’organisation de la sauvegarde des biens et des personnes,
– doit permettre de gérer les différentes phases d’un événement de sécurité civile : l’urgence (outil réflexe), la post-urgence (outil support), et le retour à la normale.
Pour répondre précisément à cette question, il faut connaître précisément le PCS de Crest. Il semblerait, d’après la question, que Crest ne fasse partie d’aucun dispositif, notamment au regard du nouveau plan « Accident nucléaire ou radiologique majeur ».

Crest doit bénéficier d’un plan d’information, d’alerte et de protection de sa population. Si ces éléments sont effectivement absents, les élus doivent obtenir des autorités administratives (Ministère de l’Intérieur, Protection civile, Préfet), que cet état de fait soit reconnu. Dans le cas contraire, le Maire prendra l’initiative d’inclure dans « son » Plan Communal de Sauvegarde, les éléments propres à informer, alerter et protéger ses administrés, tout en informant les autorités qui ne sauraient ignorer cette initiative.
En tout logique, il nous semble qu’il convient d’intégrer le risque nucléaire au DICRIM et d’en envisager les conséquences dans nos différents plans d’actions.

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

Nous étudierons cette question et ses conséquences. Nous sommes conscients de la proximité géographique de notre ville avec les installations nucléaires, notament de la centrale de Cruas. Cet état de fait doit être pris en compte dans l’organisation de notre collectivité. Nous aurons une attention particulière quant à la prévention de ces risques, dans une démarche de transparence et de nécessaire information des citoyens.

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest quʼelle sʼengage à intégrer le risque nucléaire dans le DICRIM (Dossier dʼinformation communal sur les risques majeurs) et dans le PCS (Plan Communal de Sauvegarde) de la ville de Crest et quʼelle incite les pouvoirs publics à organiser des campagnes de sensibilisation sur le risque nucléaire, et à organiser des exercices de simulation d’accident nucléaire dans notre vallée.

Gaz de schiste

Question 6. En accord avec la forte mobilisation citoyenne qui s’oppose à la pression des industriels, vous engagez-vous, à l’exemple d’autres communes de notre région, à prendre un arrêté municipal interdisant toute exploration ou exploitation d‘énergie fossile non-conventionnelle sur le territoire de Crest ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Nous ne sommes pas favorables à l’exploitation des gaz de schiste et autres énergies fossiles non conventionnelles. Nous sommes très favorables au développement des énergies renouvelables ; le territoire Biovallée regorge de professionnels experts dans le domaine des énergies renouvelables et de la transition énergétique.

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

Mistral crestois s’engage pour la transition énergétique et la préservation de l’environnement et de notre cadre de vie. Dans ce cadre, nous sommes défavorables à toute autorisation d’exploration et d’exploitation d’énergie fossile non-conventionnelle. Nous prendrons un arrêté si nécessaire.

→ pages 4, 5, 13 et 23 de notre programme

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest quʼelle sʼengage à adopter un arrêté municipal et à utiliser tous les moyens légaux à sa disposition, au titre desquelles sa compétence d’urbanisme, pour empêcher le développement de projets d’exploration ou d’exploitation d’énergie fossile non-conventionnelle sur le territoire communal.

Education

Question 14. Servir dans les cantines des repas cuisinés avec davantage de produits bio et locaux permet de préserver l’environnement, les emplois du territoire, de revaloriser le travail des cantinières, de sensibiliser les écoliers, futurs consommateurs, à une alimentation plus durable et aux enjeux associés à cette dernière. De plus, les  initiatives dans des communes voisines montrent la possibilité d’avoir des menus bio et locaux sans incidence majeure sur le prix des repas, notamment grâce à la réduction du gaspillage. Dans ce cadre, quelles améliorations prévoyez-vous pour les cantines de Crest ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Nous sommes bien loin des objectifs du Grenelle de l’environnement, qui visaient les 20% de bio dans les cantines ! Les délégations de service public, surtout en matière d’alimentation, ne sont pas satisfaisantes. Nous envisageons la création d’une cuisine centrale en régie. Cette cuisine centrale fera évidemment une part importante au bio local. Ce choix pourra aussi servir de fondement pédagogique pour le travail de sensibilisation aux notions de locavorisme/circuits courts et de fruits et légumes de saison.
Avec les cantinières, chefs, gestionnaires, nous pourrions permettre à des élèves tirés au sort de participer à la composition des menus sur une semaine (par exemple, à l’occasion de la semaine du goût ) et d’appréhender ainsi toute la chaîne : aliments, préparation, origines, approvisionnement, fournisseurs, saison, chaine du froid…). Idem pour les maison de retraites concernés, ou le(s) foyer(s) restaurant.
Nous prévoyons également d’éduquer à la question du gaspillage alimentaire, notamment à travers la sensibilisation à la quantité de déchets générés par ce que les enfants laissent dans leurs assiettes. Cette sensibilisation se fera en collaboration avec les familles et le personnel de restauration ; il faudra également adapter les équipements de transformation et les surfaces de stockage.
Il existe en Drôme différents experts de l’approvisionnement des collectivités en produits agro-alimentaires locaux/bio ; nous comptons en faire des partenaires dans notre démarche. Nous pensons notamment à la plate-forme Agrilocal, créée par le département, Agricourt et Agribiodrôme…
La création d’une cuisine centrale pourrait également servir les besoins des maisons de retraite de Crest, pour l’instant approvisionnées par l’entreprise Sodexho.

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

La création d’une cuisine centrale locale est l’un de nos projets-phares :

  • pour l’économie : de l’emploi local, des circuits courts d’approvisionnement, des produits locaux issus d’une agriculture bio ou raisonnée
  • pour l’éducation : éducation au goût, améliorer la qualité des repas dans les cantines scolaires
  • pour le bien-être des Crestois : mieux manger pour mieux vivre, à l’école, au foyer-restaurant, chez soi (portage de repas)…

Un tel équipement existe notamment à Chabeuil, et c’est une réussite.

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest quʼelle montre l’exemple sur un choix d’alimentation durable pour la restauration collective. Nous proposons :
– de tendre progressivement vers les 100% de repas pour les cantines, préparés avec des produits locaux, de saison, frais et bio comme cela est engagé dans dʼautres communes en France, en privilégiant les circuits courts et le moins dʼemballages possible
– lʼinstauration dʼun repas végétarien par semaine qui permettra de réduire lʼempreinte écologique et de sensibiliser le public sur la surconsommation de viande
– de solliciter des acteurs ressource locaux afin de sensibiliser et dʼaccompagner les cuisinier(e)s dans cette démarche, ainsi que pour la mise en place dʼanimations pédagogiques autour des aliments de saison, des circuits courts etc. Afin dʼapprofondir ce projet, des visites de fermes pourront être prévues, de même que  le développement de potagers dans les écoles et de composts pour les cantines.
– afin de vérifier que le cahier des charges est bien respecté, nous demandons une véritable transparence sur ce qui est bio/local dans les menus.

 

Question 20. Quelles mesures concrètes envisagez-vous pour développer l’éducation à l’environnement dans les écoles ?

Réponse de la liste L’Alternative pour Crest

Dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, nous donnerons toute leur place aux associations locales oeuvrant dans le secteur de l’EDD. Nous aimerions mettre en place avec eux des programmes étalés sur toute l’année sur les sujets suivants : biodiversité, agriculture, consommation responsable, éco-gestes … à travers un mélange d’activités d’intérieur et les sorties à l’extérieur.

Réponse de la liste Le Mistral Crestois

L’éducation à l’environnement à l’école est possible en périscolaire, de la lutte contre le gaspillage à la cantine à la sensibilisation aux économies d’eau et d’énergie dans les bâtiments, en passant par des ateliers spécifiques de sensibilisation dans le cadre des activités périscolaires, organisés en partenariat avec des associations locales.

Nous avons la grande chance à Crest de compter plusieurs associations à vocation citoyenne et environnementale, nous valorisons cette richesse et ces compétences au service de tous les Crestois.

Nous sommes convaincus que la ville de demain sera celle de l’implication de chaque citoyen dans la vie de la cité, au service de l’intérêt général.

Réponse idéale des 15 organisations

Nous attendons de la mairie de Crest :

  • la mise en place d’une cantine bio et locale
  • la création d’un jardin potager partagé
  • des actions de sensibilisation : initiation au tri des déchets, visites de centre agro-écologiques et d’habitat groupé
  • l’installation de jeux coopératifs et libres avec du matériel écologique